Colocation dans le pire appartement de Bordeaux

Cette chronique est dédiée aux étudiants qui ont des galères de location. Elle va raconter les péripéties que j’ai dû affronter lorsque je me suis mis en colocation dans un piètre appartement. Tout est 100% vrai et 100% Border. Maman si tu lis, stp ne me juges pas.

 

 

Chronique 1 – La découverte

 

J’ai vécu une année dans un studio de 17m2 à Saint-Genès, et j’en avais marre d’être loin de tout. Loin de la fac avec un monde fou au tram, et loin du centre avec 25 minutes de marche à pied. Bien pour garder la forme ? Non merci, je l’ai jamais eu.

 

Et un de mes meilleurs potes de l’époque me dit « Dude, on devrait se mettre en colloc’ ». MAIS C’EST LA MEILLEURE IDÉE DU MONDE ÇA.

 

On s’est mis à chercher en Juin pour pas se faire avoir par le temps (#mec studieux), mais les vacances sont arrivées et on s’en est occupé qu’en Août (#moins studieux). Donc comment dire, trouver un BON T3 à Bordeaux en Août, pas très cher et vers le centre, c’est comme essayer de faire l’amour avec 12 grammes dans le sang, c’est très souvent infructueux.

 

On trouve une annonce pour un appartement à Saint Nicolas, on y va et on accroche direct. Il n’était certes pas très beau, avec des murs jaunes, mais on s’imaginait bien dedans. T2, avec une grande cuisine, deux pièces à vivre (soit deux chambres soit deux salons), la salle de bain un peu dégueu mais bon, c’est vivable quoi. La propriétaire, une femme d’origine gitane (pas une insulte c’est elle qui nous l’a dit), un peu connasse sur les bords (ça c’est une insulte) nous donne les papiers et on décide de s’y installer ! C’est bon, tout est en règle, et on devient les fiers locataires d’une vieille merde d’appartement !

 

Premier problème majeur, pas d’internet ni d’électricité. Comme tout étudiant qui se mérite, on choisit le réseau le moins cher, à ce moment-là c’est Bouygues, et ils nous disent qu’il faut attendre plus d’un mois après avoir payé le premier acompte et après avoir eu la box et tout. Et enfin l’électricité qui a mis 1 mois aussi à arriver car EDF n’avait pas de place avant ! Du coup, on a négocié le premier mois gratuit (le premier de bien d’autres héhé).

On décide de repeindre les murs jaunes pour le rendre plus habitable. Comment dire qu’il ne faut pas faire confiance à deux étudiants pour faire ça.

Surtout avec un plafond à 3m du sol. Bah je peux te dire mon pote que son mur il était nickel mais le plafond sans échelle c’était pas drôle. L’un de nous deux montait sur une chaise qui était à deux doigts de se casser, qui était elle même sur une planche tenue par des tréteaux. On a enfin notre semi-bel appartement dans lequel on va vivre des aventures de ouf, mais genre des aventures à base de vomi, de dégustation d’encens, de volet tombé et de domptage de souris.

 

Du très lourd arrive la semaine prochaine mamen.

 

Vous aimerez aussi

Emile Pedarros

Rédacteur en chef, vraiment sympa, Bordelais d'origine, je porte fièrement les couleurs de la chocolatine et du rouge Bordeaux.

You may also like...

Laisser un commentaire