Coup de gueule du mois: Ecoles de commerce, attention aux arnaques !

On les présente comme des voies royales, évitant chômage et précarité, leur réputation n’est plus à faire : ce sont les écoles de commerce. Il suffit de se rendre dans les salons étudiants pour constater l’engouement qu’elles suscitent auprès des futurs bacheliers et des élèves de classe préparatoire.

On y voit des stands «d’international business school » décorés de pancartes indicatives des cursus proposés sur lesquelles, elles abhorrent fièrement leurs accréditations et reconnaissance de l’Etat…pour celles qui en ont. En effet, à y regarder de plus près on se rend compte que nombre d’écoles de commerce ont des accréditations inexistantes ou des diplôme sans Visa d’Etat.

Voici donc le cœur de problème, aujourd’hui beaucoup d’écoles de commerce, sans aucune reconnaissance officielle de leurs diplômes, prospectent dans les salons étudiants, sur internet et même par message privé. Malheureusement beaucoup de jeunes étudiants mal renseignés sont séduits par ces discours de façade. Ces écoles ont des stratégies bien rodées, elles jouent sur les nuances des mots, par exemple, elles nomment leurs cursus par des noms qui ne sont pas reconnus par l’Etat. Ainsi, on trouve des « Niveau master » «  Master européen » ou encore « Mastaire ». Elles usent aussi d’expression rassurante, comme «  sous contrôle pédagogique de l’Etat » alors qu’il n’en est rien. Il suffit d’ouvrir leurs prospectus pour voir leur tissu de mensonge, ils vous promettront des salaires à 35k dans des multinationales à la sortie de votre « Mastaire ». Ils se venteront de leurs partenariats inexistants avec les grandes écoles parisiennes et américaines. La réalité est bien plus contrastée, les stages à l’étranger sont en fait des petits jobs précaires, les séjours en université partenaire sont très rares et dans des établissements médiocres. Ces « fausses » écoles, aux frais de scolarité exorbitants, compris entre 7 000 et 13 000 euros l’année, ont généralement, pour couronner le tout, des locaux peu attrayant. Les cours (quand il y en a) sont, quant à eux, dispensés par des intervenants sans réelle qualification dont les connaissances de l’entreprise ne sont pas supérieures à celles de leurs élèves.

Des actions on été menées pour dénoncer ces pratiques, ainsi le célèbre reportage d’Envoyé Spécial « dans la jungle des Ecoles de commerce » donne une vision assez concrète de ces arnaques et a permis de mettre en lumière les abus de ces « pseudos Ecole de commerce ». Aussi, la très populaire page Facebook « ESC » qui dénonçait ces tromperies de manière satirique, en a fait les frais, suite à de nombreux signalements, Facebook a fermé la page. Malgré les efforts qui ont été menés par les institutions de l’Etat pour règlementer le milieu de l’éducation supérieure privée, il existe encore de nombreuses dérives, c’est pourquoi des mesures concrètes doivent êtes prises pour en finir avec ces anarques !

 

Vous aimerez aussi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire